Rroms de Saint-Denis : pas d’expulsion sans relogement

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Nous avons été informés de l’expulsion imminente de certains des bidonvilles Rroms installés Porte de Paris à Saint-Denis. Les familles présentes sur ces terrains ont déjà été expulsées au cours de l’année précédente de plusieurs villes de Seine-Saint-Denis (Stains, Bobigny, La Courneuve…). Certains enfants sont d’ailleurs encore scolarisés à Stains… Comment poursuivront-ils leur scolarité, s’ils sont expulsés encore plus loin?

Ces décisions d’expulsion font suite à une rencontre entre la mairie de Saint-Denis, les propriétaires des terrains et la préfecture fin décembre. Didier Paillard, Maire de Saint-Denis, avait publié une tribune le 15 décembre, demandant à l’État de prendre ses responsabilités, de procéder à l”expulsion des terrains (considérés comme dangereux à cause de leur proximité avec l’autoroute) et au relogement dans le patrimoine immobilier de l’État. Cependant, comme d’habitude, si les demandes d’expulsion ont bien été entendues et commencent à être mises en œuvre, la procédure de relogement ne semble pas d’actualité. A notre connaissance, aucune mesure de diagnostic social, d’accompagnement des familles et de recherche de solutions alternatives de relogement n’a été engagée, et ce malgré les préconisations de la circulaire du 26 août 2012. Seul un diagnostic social pilote,  mené de manière indépendante par les associations La voix des Rroms et Rromeurope est en cours. Nous regrettons que la Mairie de Saint-Denis ait demandé aux propriétaires et au préfet la mise en place des procédures d’expulsion, en sachant qu’aucune solution ne serait proposée aux familles.

La dangerosité de ces terrains (proches de l’autoroute) n’est réelle que pour une infime partie des constructions, situées sur le terre plein central. Elle ne constitue en aucun cas une raison valable pour expulser les familles, les jeter à la rue sans solution de relogement durable, et détruire leurs baraques et leurs biens à coup de bulldozers, comme c’est malheureusement la coutume lors de chaque expulsion. Les familles seront encore plus en danger à la rue en plein hiver, et à nouveau à la recherche d’un emplacement où s’installer, peut-être à côté d’un autre tronçon d’autoroute… dont elles seront expulsées dans quelques mois etc…

Nous demandons au préfet la suspension des décisions d’expulsion tant que des propositions de relogement durable ne sont pas formulées. Nous souhaitons dans les plus brefs délais l’organisation d’une réunion en préfecture en présence du préfet, d’un représentant de la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement, de la municipalité, de représentants des familles et des associations de soutien.

Premiers signataires : Réseau 1427, Plateforme 93 de soutien aux Rroms vivant en bidonvilles, LDH 93, MRAP 93, association Rromeurope, La voix des Rroms, Registre des Citoyens du monde Paris 13, Cabinet Cousin, NPA Saint-Denis, Alternative Libertaire Saint-Denis, UL Solidaires Saint-Denis, Gauche Anticapitaliste Saint-Denis, Les socialistes de gauche, RESF Saint-Denis

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »