Les Rroms trouveront-ils une solution au problème Fnarçais ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Une réunion placée sous haute surveillance a lieu depuis 15 heures ce mardi 21 août dans le cabanon de Ion, un Rrom roumain qui occupe, avec d’autres, une friche dans le département de l’Essoinne. Y sont invités des Rroms de tous pays : Zanko d’ex-Yougoslavie, Dimitar de Bulgarie, Janos de Hongrie, ainsi que Jean-François, dit Papayou, un Sinto qui habite dans le département. Le sujet épineux des Fnarcais inquiète ces Rroms, réunis en conseil des sages.

En fait, Zanko a fait une bourde. Chargé depuis peu des questions de sécurité et de paysage au sein du conseil, il a décidé de démanteler les systèmes de vidéo-surveillance dans quelques quartiers. Cela a provoqué un tollé dans les entreprises de sécurité, pendant que des maîtres chiens soutiennent l’action de Zanko et appellent au démantèlement des systèmes de vidéo-surveillance sur tout le département. La situation est explosive, les entreprises de sécurité privé et le syndicat des maîtres chiens étant deux forces incontournables pour tous les Essoinniens qui veulent se faire un nom.

De plus, Janos le Hongrois, qui est chargé lui des questions de commerce et de travail, a pété les plombs en apprenant la nouvelle. Tout en « comprenant les désagréments causés par les installations de ces systèmes de video-surveillance », Janos considère que leur démantèlement n’est pas une solution. Il propose comme alternative leur incrustation dans des murs, les objectifs des caméras pouvant être recouverts d’une peinture qui les rend quasiment invisible tout en leur permettant de fonctionner. En fait, proche des entreprises qui proposent ce genre d’installation, Janos sait parfaitement que la peinture en question est totalement opaque et que les caméras n’enregistreraient rien, mais il faut bien proposer une alternative, ne serait-ce que pour se démarquer de ce con de Zanko. Puis, si ça peut aider les copains…

La réunion risque d’être longue et on attend impatiemment les résultats. En bon reporters, nous étions pressés de publier notre dépêche avant tout le monde, lorsque Jean-François, dit Papayou, sort du cabanon en écarquillant les yeux et en se tapant le front : « Quels cons ! ». On lui demande ce qui ne va pas. Et il nous répond : « bah, les Fnarçais ne demandent pas de caméras, ni sur des poteaux, ni dans leurs murs, ni découvertes, ni recouvertes, de peinture ou d’autre chose, ils veulent juste qu’on leur permette de mettre des serrures sur leurs portes! ». Mince alors, on avait zappé cette interdiction qui frappe les Fnarçais de mettre des serrures et d’utiliser des clés. Et pour cause, on n’entend que les entreprises qui les protègent, à coups de caméras ou de maîtres-chiens…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »