Commission européenne, gare à l’hypocrisie!

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :


La voix des Rroms salue la mesure de surveillance que la Commission européenne vient de prendre concernant les expulsions de Rroms roumains et bulgares. Elle souhaite vivement que cette surveillance ne soit pas purement formelle mais prenne bien en considération les éléments factuels que les associations et les citoyens peuvent fournir à la Commission. En effet, une mesure identique prise en 2010 était restée inefficace, le contrôle de la Commission européenne ayant été limitée alors à un simple examen des rapports du gouvernement.

La voix des Rroms a déjà averti la Commission européenne de la dérive que constitue la démarche des « villages d’insertion pour Roms». Promus comme des exemples positifs par certains élus socialistes ces « villages d’insertion » violent en effet des droits humains et constituent de véritables camps de réclusion. La voix des Rroms met en garde contre tout financement européen pour de tels projets. Aucune mesure particulière à l’égard des Rroms ne doit être envisagée, sauf en cas de besoin bien identifié et après l’assurance effective d’un accès normal au droit commun. Tant qu’un tel accès égal aux mêmes droits que les autres citoyens européens ne sera pas assuré par la loi française, toute mesure particulière ne sera qu’hypocrisie, pour ne pas dire malversation, et nourrira le racisme par les jalousies qu’elle ne manquera de susciter. Ainsi, financer de tels projets hypocrites, et de surcroît inefficaces, serait financer le racisme. (Plus d’information sur les villages d’insertion sur ce lien)

Aucune urgence ne justifie des mesures d’expulsion, puisque les campements tant décriés sont une réalité vieille d’au moins 20 ans. Une mesure immédiate s’impose cependant, promise par M. Hollande lors de sa campagne et conforme aux préconisations de la Commission européenne et du Parlement européen : l’ouverture du marché d’emploi aux ressortissants roumains et bulgares. C’est par là que commencerait le processus qui mettrait fin à l’existence de campements insalubres, notamment par l’autonomisation de leurs occupants et la possibilité qu’ils auront acquise d’assurer des revenus déclarés et donc d’accéder à des logements.

Les Rroms n’ont évidemment pas besoin d’expulsions à répétition, mais ils n’ont pas besoin non plus d’assistanat aveugle et hypocrite, autre penchant cher à une certaine gauche. Nous avons besoin de liberté et d’égalité. Contrairement aux expulsions et aux « villages d’insertion », cela ne pèsera rien sur le budget de la France et de l’Union européenne, et nous offrira les bases sur lesquelles nous pouvons construire l’avenir.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »