Les enfants rroms ne tourneront jamais aussi mal que vous, M. Klarsfeld !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :


On aurait pu imaginer qu’après avoir reproché aux Rroms de faire trop d’enfants, Arno Klarsfeld aurait présenté des excuses, ou au moins aurait modéré en quelque sorte ces propos infâmes et débiles. Absolument pas ! Il les réitère et récidive. « Quand on a autant d’enfants, ils peuvent se retrouver exploités par les mafias qui organisent la mendicité infantile », - dit-il au journal Nord Eclair. Il mentionne l’ostracisme dont sont victimes les Rroms, mais insiste et dénonce surtout sur les mafias qui, selon lui, les exploitent. Il en veut pour preuve « les maisons somptueuses que certains se font construire au centre des grandes villes comme Timisoara ». Evidemment, selon Arno Klarsfeld, un Rrom est nécessairement pauvre, et donc, des Rroms riches, ça ne peut être que des criminels mafieux. Ce raisonnement ne vous rappelle-t-il donc rien, maître Klarsfeld ? Une affaire judiciaire pas très ancienne, suite au meurtre d’un jeune juif, présumé riche par ses bourreaux parce que juif ?

Pour M. Klarsfeld il y a une prédisposition à la délinquance qui tient au simple fait d’être Rrom : quand ils ne sont pas mafieux, les Rroms sont victimes de mafieux. Et le problème accroîtra automatiquement avec l’accroissement de la population rrom. Il faut donc « qu’ils fassent moins d’enfants ». Le courage de M. Klarsfeld ne va pas jusqu’à préconiser des mesures concrètes en ce sens, mais il n’est pas impossible qu’il évolue sur ce point.

Puis, « les Roms portent, eux aussi, la responsabilité de faire émerger leurs propres leaders, leur élite. Ce qu’ils n’ont jamais réussi à faire ». A supposer même que ces propos reflètent la réalité, ils doivent nous pousser à la réflexion. Quel genre d’élite ? Ces élites qui sont contestées un peu partout par les Indignés ? Il y a du bon à avoir un train de retard lorsque celui qu’on était censé prendre déraille.

M. Klarsfeld s’inquiète de l’avenir de ces enfants rroms dont les parents n’auraient pas les moyens de leur assurer un avenir correct. Il faut en effet que les enfants aient un avenir meilleur que leurs parents et qu’ils rendent fiers ces derniers. Mais de ce point de vue là, la probabilité est infime qu’un enfant rrom tourne aussi mal qu’Arnaud Klarsfeld !

Enfin, M. Klarsfeld, parce qu’il faut bien qu’on s’arrête à un moment, on ne peut pas répondre à toutes vos inepties sauf à n’avoir rien d’autre à faire, s’agissant du logement vous répondiez à Nord éclair :

«  Vous voulez les loger alors que la France est en crise, alors que les étrangers en situation régulière ne trouvent pas de logement ? Ce serait mal accepté par l’opinion publique, difficile budgétairement et cela susciterait un appel d’air. »

Vous mentez, M. Klarsfeld ! Les Rroms dont vous parlez ne sont pas en situation irrégulière au vu des règles en vigueur au sein de l’Union européenne, à moins que pour l’OFII le seul fait d’être Rrom suffit pour qualifier l’irrégularité. Mais, à supposer même qu’ils soient en séjour irrégulier, vous connaissez mal les Français. Ils sont habitués depuis quelques années à entendre, lire et voir tellement d’erreurs et d’horreurs de ce que vous appelez « élite » et dont vous faites partie…, mais bon, là encore on ne vous demande pas de connaître les Français, mais de « gérer » les étranger. Ainsi donc, pour rester dans le domaine que l’on vous a confié, les Rroms roumains et bulgares représentent chaque année un tiers des étrangers expulsés depuis 2006, alors qu’ils disposent du droit à la libre circulation en tant qu’Européens et reviennent en France. Cela représente des centaines de millions d’Euros, avec lesquels on aurait pu construire beaucoup de logements, pour tous les sans abris et les mal logés. Certes, on ne vous demande pas de pousser la réflexion aussi loin, mais seulement de songer que d’autres, comme les lecteurs de Nord Eclair, peuvent se livrer à un tel exercice.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »