Y a-t-il un psychiatre dans l’avion ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Mythomanie, mégalomanie, complexe de supériorité et autisme, ce sont les mots qui résument la politique française à l’égard des Rroms :

Mythomanie

Parce qu’il est désormais connu par tout le monde que les expulsions de Rroms roumains vers la Roumanie, pratique courante depuis des années, ne servent à rien si ce n’est à gaspiller de l’argent du contribuable. Pour la seule période janvier 2006 – décembre 2008, en tenant compte des sources gouvernementales et de l’évaluation des coûts d’une expulsion par le sénat, cette démagogie a couté près de 600.000.000 d’euros (détail ici : http://www.blogg.org/blog-44189-date-2009-01.html ), soit quasiment trois fois plus que le pactole que l’Etat remettra à Bernard Tapie.

Mégalomanie

Parce que les représentants de l’Etat français font fi de toutes les condamnations par des autorités internationales : Conseil de l’Europe, Union européenne, Organisation des Nations Unies, le Vatican. Au lieu de se conformer aux règles internationales relatives aux droits de l’Homme et des libertés fondamentales, l’Etat français cherche à amortir au coup par coup les tensions que suscite son comportement irresponsable. Malheureusement, certaines de ces autorités internationales cèdent aux pressions françaises pour des raisons inavouées publiquement.

Complexe de supériorité

qui s’affiche clairement dans les relations entre la France et le Roumanie. Hélas, la position du gouvernement roumain se révèle mouvante devant une France qui réveille ses relents colonialistes. Un « nouveau plan d’inclusion sociale » en Roumanie ? Pour quoi faire ? De tels plans sont en place depuis des années en Roumanie et leur inefficacité tient en très grande partie à l’électoralisme aveugle des responsables locaux chargés de les mettre en œuvre, alors que l’électoralisme aveugle de l’Etat français pousse celui-ci à renforcer les discriminations inscrites dans la loi française depuis quasiment un siècle (l’institution d’un régime spécifique pour les Rroms de France date de 1912 et est toujours en vigueur).

Autisme

Parce que, bien que concentrant sur son sol la plupart des ressources du savoir pouvant servir de base à de nouvelles politiques sur les Rroms, notamment dans le cadre des Etudes tsiganes et de la chaire de langue et de civilisation rromani à l’INALCO, la France reste sourde devant les propositions faites depuis des années. A titre d’exemple, on peut citer le projet d’un statut-cadre des Rroms dans l’Union européenne http://www.rroma-europa.eu, diffusé lors du premier Sommet européen sur les Rroms le 16 septembre 2008 à Bruxelles. Lors de ce sommet, la France s’était engagée à supprimer les discriminations prévues par sa loi à l’égard des Rroms. Encore un mensonge, et nous revenons à la mythomanie.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »