L’efficacité des villages d’insertion pour les Rroms

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

On vous l’avait dit… Et quelle tristesse que de voir qu’on avait raison! Le Hanul, quartier de Saint-Denis qui existe depuis 10 ans, qui faisait l’objet d’une convention avec la mairie depuis 7 ans, a été rasé. Ses habitants et leurs amis ont été éjectés de force par les CRS le mardi 6 juillet 2010. Le Hanul était cité en exemple dans le rapport du Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe en 2003. Il sera très vraisemblablement cité encore en exemple par cette instance et d’autres, mais désormais certainement pas en tant que bonne pratique.
Retournés vers la mairie suite à cette expulsion, les anciens habitants du Hanul se sont trouvés devant le mur de la bureaucratie froide. La chaleur humaine des contacts précédents avec la municipalité (M. le maire connaît personnellement les expulsés, chez qui il allait comme ami), n’est plus de mise. La mairie a refusé d’ouvrir un local pour accueillir les expulsés, parmi lesquels deux enfants atteints d’un cancer. Saint-Denis et ses élus font beaucoup pour les Rroms! La preuve, les maires de Plaine commune ont fait une conférence de presse le 8 avril dernier, et M. Braouezec, député et président de Plaine commune, a interpellé le gouvernement. Mais surtout, Saint-Denis dispose d’un VILLAGE D’INSERTION! Cela équivaut donc à une carte blanche pour jeter ou laisser dans la rue les Rroms que les gestionnaires de la misère n’ont pas inscrits sur leurs listes sinistres de “matière première prise en charge”. La chasse pouvait donc commencer, et elle est bien en route. La police chasse les familles de partout. Posés devant la Basilique de St-Denis avec des tentes jeudi 8 juillet, espérant une réouverture de dialogue avec la mairie, les expulsés ont vu confirmée une fois de plus la position de celle-ci: à la demande de la mairie, une centaine de CRS et autres policiers intervenait vers 23 heures. Ils ont embarqué 24 personnes venues en soutien des expulsés du Hanul:
Selon des militants dyonisiens, c’était la première fois que des arrestations de ce type avaient lieu dans leur ville. L’impressionnante démonstration de force pour réprimer un camp de réfugiés à Saint-Denis n’est pas uniquement liée à l’expulsion du Hanul. Quoi qu’il en soit, voilà un effet de la mise en place de ces camps de réclusion par l’étrange alliance “mairie de gauche - Etat de droite - gestionnaire de la misère humaine”. Un effet dont nous nous doutions et que nous avons désormais devant les yeux: l’alternative est réduite: mise en réclusion dans un camp joliment appelé “village d’insertion” dans lequel 75% du budget est affecté au contrôle et à la surveillance, ou bien mise en ligne de mire d’une politique répressive de tous les instants. Même le choix entre ces deux types d’anéantissement de la liberté ne revient aux cibles, puisque ce ne sont pas les Rroms qui décident, mais les gestionnaires des villages d’insertion. Aujourd’hui, ce sont les Rroms roumains et bulgares, pour lesquels la précarité systémique a été bien planifiée et structurée par les décideurs de tous niveaux, toutes couleurs et tous bords. Demain…
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »